mardi 27 décembre 2011

Le Zenon de notre époque serait sans doute chirurgien esthétique


Médecine empirique


Le Zenon de Marguerite Yourcenar est un médecin itinérant. C'est que cette médecine du XVI siècle est encore empirique et doit se nourrir de l'échange, du recueil et de l'essai. La théorie est disséminé dans les ouvrages écrits à la main et parfois avec un peu de chance disponibles en plusieurs exemplaires par la grâce laborieuse du travail des copistes.
Zenon pratique. Il guérit par des onguents, des herbes et des potions. Et parfois il opère. Une chirurgie des chairs apparentes et de la charpie qui fait froid dans le dos, les descriptions de Yourcenar étant très détaillées et évocatrices.

Cette médecine transhumante a disparu. C'est une science installée, couchée dans les livres et dans les programmes animés par des professeurs. Au moins certaines parties de la chirurgie pourraient-elle encore se  prêter à cette aventure des voyages médicaux parce que l'économie de la beauté et du bien-être dispose d'un potentiel gigantesque.

Chirurgie esthétique itinérante


Le chirurgien aguerri qui maîtrise ces refondations modernes du visage jeune ou ces techniques rapides d'élimination du surpoids peut parfaitement exporter son savoir-faire partout sur la planète. Il y a l'ex-étudiant qui après avoir pratiqué quelques années revient au pays et fait les beaux jours d'une chirurgie esthetique Tunisie toujours plus professionnelle. Il y a le médecin en milieu de parcours  qui pratique depuis longtemps et qui peut décider d'aller profiter de la frénésie chirurgicale des chinois. Il y a le spécialiste de la chirurgie des seins qui s'envole pour le Brésil, Cuba ou la République dominicaine pour satisfaire cette passion des femmes sud américaines pour les seins bombés, bien tenus et sexy.

Mais ces périples esthétiques ne seront plus ( ou plus seulement) des occasions d'apprendre et d'avancer dans l'art d'opérer. Car ces pays importateurs de la reconstruction anatomique attendent des compétences prêtes à l'emploi. Le patient ( le client ) qui s'y trouve ou qui va y venir est en quête d'un savoir-faire au moins égal à celui qui l'aurait pu choisir dans son pays ou qu'il a déjà dans son pays.

C'est la nouvelle exigence de cette médecine qui sert surtout à guérir des bobos psychiques. La qualité pour un petit prix, un bon prix mais sans défaut de qualité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire